vendredi 30 octobre 2015

Café poly


Parce que je suis une personne curieuse de mon prochain et que la thématique m'intéresse, je me suis rendue récemment à un « café poly ».
Mais c’est quoi donc un Café Poly ? Tout simplement, des gens qui se réunissent dans le sous-sol d’un bar (il n’y a aucun lien de causalité, j’imagine que ça pourrait très bien se faire chez ta mémé ou dans un champs de betteraves, mais disons qu’à Paris on trouve plus facilement des bars que des champs de betteraves ou ta mémé) pour débattre et échanger au sujet du polyamour.

"Polyamour", c’est un mot que je trouve d’une laideur confondante. Plus généralement, on peut dire que tous les mots qui commencent par poly sont moches : polygone, polytraumatisé, polype, Polly pocket…  Mais comme il faut absolument mettre un mot sur tout, on est allé au plus simple, on a pris le grec πολλοί (polloí) qui signifie « plusieurs » et le français « amour » qui signifie « kiffance », et hop ; « plusieurs amours », comme ça c’est clair. Et si c’est pas clair, tu peux aussi jeter un œil sur Wikipédia parce qu’il y a pas non plus marqué Bernard Pivot sur mon front (ni sur aucune autre partie de mon anatomie, si ça peut te rassurer).

Quand j’ai dit à mon adorable collègue que je prévoyais de me rendre à ce café poly, il m’a regardé avec des étoiles dans les yeux et m’a demandé très sérieusement si ça allait se finir en partouze.

C’est quand même drôle cette confusion entre polyamour et chaudasserie no limit, comme si les polyamoureux étaient forcément tous des libidineux frénétiques qui n'envisagent leurs multiples relations qu'à travers le prisme de leurs velléités foutatives. Comme si le fait d'entretenir plusieurs relations parallèles sous-entendait qu'on pourrait baiser avec n'importe qui et qu'on ne rêve que de s'ébrouer dans une marée de foufounes béantes et de zguègues turgescents
Alors que ce que j'ai vu ce soir là, ce sont essentiellement des gens de tous âges et tous profils qui se questionnent vraiment, avec une apparente sincérité, sur la façon la plus simple et la plus épanouissante de vivre leurs histoires d'amour en prenant au mieux soin de leurs différents partenaires. 

Déjà, faire la démarche de se coltiner un rassemblement qui a toutes les apparences d'une réunion des alcooliques anonymes (en dehors du fait que ça se passe dans un bar, et qu'on peut picoler pendant les débats, et que les participants semblent globalement heureux...bon ok, rien à voir en fait), c'est quand même le signe d'une préoccupation qui va au-delà des turlupinades qui peuvent agiter ton slip, au risque parfois de flirter avec une toute autre branlette, intellectuelle celle-ci.

Sacha Guitry, qui avait une légère tendance à se la péter en assénant ses petites phrases définitives sur les hommes, les femmes, l'amour, les vaches, disait qu'être en couple, c'est essayer de résoudre à deux des problèmes qu'on aurait jamais eus tout seul. Et ben tu sais quoi mon Sachou? C'est pas moi qui vais te contredire sur ce point (et de toute façon tu t'en branles puisque t'es mort)... Du coup j'aurais plutôt eu tendance à penser qu'à l'inverse le polyamour était un mode de vie plus léger et détaché des contraintes qu'implique la monogamie, où l'on ne se promet rien, ou chacun vit sa vie sans avoir de comptes à rendre à personne...  Les avantages du couple sans les inconvénients, en somme. Mais après certains témoignages entendus ce soir-là, il me semble que pas mal de polyamoureux ne font que multiplier ces contraintes, en fait. Et régler à 3, 4 ou 5 des problèmes qu'on aurait jamais eu tout seul, ça commence à devenir un mindfuck pas possible, en ce qui me concerne.
Pourtant je comprends parfaitement qu'on puisse en arriver là, et je trouve ça presque sain, parce que déjà, ça fout un coup de pied au cul à cette putain de théorie fumeuse qui voudrait que les gens s'annulent entre eux ; je suis la première à penser qu'on peut très bien tomber amoureux de quelqu'un sans pour autant cesser instantanément d'aimer la personne avec qui l'on est déjà. 

Cela dit, le but de cette note n'est absolument pas de lancer une battle entre poly et mono (par ailleurs je suis nulle aux deux games, comme ça pas de jaloux), et je m'interroge sur l'idée même de théoriser sur tout ça : au fond, quoi de plus instinctif que les relations amoureuses? Est-ce que des gens se sont déjà réveillés un jour en se disant qu'ils se mettraient bien au polyamour, comme ils pourraient avoir envie de se mettre au ju-jitsu ouzbek ou à la peinture sur coquilles de bernard l'hermite? Qu'est-ce qui pourrait sauver l'amour? Pourquoi les gens qui s'aiment sont-il toujours un peu les mêmes?

C'est compliqué tout ça*...

PS : L'épiphanie de cette soirée à quand même été ce moment (à peu près dix minutes avant la fin) où j'ai compris que les gens présents dans la salle n'avaient pas été pris d'une épidémie collective de crampes aux bras tout au long de la soirée, mais qu'ils applaudissaient juste en langage des signes... 



*"C'est compliqué tout ça" est ma phrase type quand je ne sais pas comment conclure un texte (ex-aequo avec "Je ne sais pas comment conclure ce texte, allez salut.".)

lundi 19 octobre 2015

Quand mon corps sur ton corps, lourd comme un Vélib...

Je viens de fêter ma première année d'abonnement Vélib et de pédalage quotidien pour aller bosser. Je ne vous cache pas que c'est une immense fierté pour moi, dont l'activité physique se limitait jusqu'alors à porter régulièrement des packs de binouzes du Carrouf City jusqu'à chez moi. En un an je suis devenue une cycliste urbaine convaincue.  Et même, pour être tout à fait honnête, je dirais que je suis devenue ce genre d'individu casse-burnes qui se sent supérieur au prétexte qu'il a réussi à se libérer de l'enfer du métro, et qui prêche ad nauseam la bonne parole vélocipède à quiconque aurait le malheur d'évoquer la chiantitude des transports publics à portée de mes oreilles.

L'autosatisfaction suintait par tous les pores de ma peau alors que bon, quand même, la toute première fois que j'ai enfourché un Vélib, j'ai déglingué direct le rétro d'une bagnole, et qu'une semaine après je me mangeais une amende pour avoir grillé un feu rouge. Il doit exister 3 personnes à Paris qui se sont fait verbaliser à vélo, et j'en suis.

Dans les premiers mois, j'étais tellement fière de moi que j'essayais d'informer subtilement tous mes amis de mon nouveau mode de déplacement : "Désolée je suis en retard je trouvais pas de borne pour raccrocher mon Vélib!", "Excuse, je suis toute décoiffée, j'avais le vent de face à vélo!","Ho dis-donc sacrée montée pour arriver chez toi, la galère en vélo!" (alors que souvent dans les grosses montées je marche à côté comme une grosse mollasse)...  De manière tout à fait prévisible, les gens en face de moi n'en avaient rien à carrer, mais j'étais quand-même contente de signaler l'air de rien à quel point j'étais une personne dynamique et soucieuse de l'environnement.

Point positif non négligeable, mes jambes se sont affinées tout en se raffermissant. Bon, évidemment, le haut n'a pas suivi, je suis donc désormais gaulée comme Barbamama. Ou alors, visualise le buste de Maurane posé sur les jambes de Cameron Diaz.

Point négatif : tout le monde me déteste. Enfin, tout le monde déteste les cyclistes, c'est un constat sans appel.

Les automobilistes te considèrent comme un danger ambulant, tu les empêches d'avancer aussi vite qu'ils le voudraient dans les rues étroites, et ils te jalousent de tracer péperlito dans les couloirs de bus pendant qu'ils se curent les nasaux dans les embouteillages.

Les piétons te regardent comme si tu étais une souche du virus Ebola perchée sur deux roues.
C'est simple, où que tu te trouves, ils estiment que tu n'as rien à foutre là. Sur la chaussée, tu es dangereux parce que tu arrives silencieusement et les fais paniquer alors qu'ils ont décidé de traverser la rue n'importe où tout en rédigeant un sexto sur leur iPhone. Quand le bonhomme est vert, ils te voient arriver avec l'oeil plein de haine parce qu'ils sont persuadés à l'avance que tu vas foncer dans le tas et risquer un strike de piétaille.
Un jour, alors que j'étais arrêtée à un feu rouge (car ça m'arrive, aussi), une vieille personne badass m'a regardé en traversant, avec le meurtre dans les yeux et un air de défi, en me disant "Je PASSE, là"  ; bah heu ouais mémé, je vois bien que tu passes, d'ailleurs je sais pas si t'as vu mais je suis à l'arrêt, là, précisément dans le but de te laisser PASSER.
En fait, les piétons te haïssent préventivement, ils te font payer pour tous les cyclopèdes qui ont eu un jour l'outrecuidance de passer au rouge sous leurs yeux.
Si tu as l'idée farfelue de klaxonner un marcheur qui se trouve en plein milieu d'une piste cyclable, il va râler en étant convaincu d'être agressé sur son territoire. Les piétons possèdent un filtre qui les empêche de voir les petits vélos dessinés au sol. Ils font un déni de pistes cyclables. (Les automobilistes, eux, souffrent d'un autre mal : il les voient, mais les confondent avec des places de parking.)

Enfin, et c'est bien le pire, les cyclistes se détestent entre eux. Au début, je m'étais imaginé que c'était une engeance cool, une grande famille solidaire dont les membres se reconnaissent entre eux en se faisant des petits signes sympatoches, comme les chauffeurs de bus lorsqu'ils se croisent.
QUE NENNI, BRO!
C'est la guerre; à celui qui démarrera le plus vite au feu, ou qui se faufilera le plus souplement entre les rangées de caisses aux heures de pointe.
Par ailleurs, au sein même de notre famille, il y a des castes ; en haut de l'échelle, il y a le type en combi Lycra sur son vélo de pro qui fend la bise en trois coups de pédales et qui fait Paris-Lille quand toi t'as juste le temps de faire péniblement République-Ménilmontant.  Un peu plus bas, il y a la quadra qui a investi dans un bon vélo, un casque, des sacoches et parfois même un gilet fluo, la bougresse. C'est la fayotte du vélo. Souvent, elle roule comme si elle était en vacances sur une route de campagne et arbore l'air satisfait de celle qui a tous les droits au prétexte qu'elle est bien équipée. Et tout en bas, il y a les Vélibistes, donc : considérés comme des dilettantes de la pédale parce qu'ils se contentent de profiter des équipements municipaux , et qu'ils peinent sur les faux-plats parce que leur engin pèse autant qu'un cheval mort (Johnny, si tu me lis...).

Les Vélibistes sont les parias du cyclisme, même les pigeons nous chient expressément dessus et certaines légendes urbaines racontent que nous mangeons les enfants, que nous partouzons avec des épagneuls bretons et que Hitler en personne ne se déplaçait qu'en Vélib.

Et ben moi, ça m'affecte tellement d'être le réceptacle de tant de haine, que j'ai renouvelé mon abonnement. 


mercredi 14 octobre 2015

Whisky-Coca

Il y a quelques soirs j'étais à la terrasse d'un bar avec un ami. Un bar sympathique mais bondé parce qu'ils y ont l'excellente idée d'y servir des pintes de flotte aromatisée à la bière pour un prix dérisoire... Nous nous sommes retrouvés entre deux tablées de mecs; d'une part un groupe qui s'apparentait à un rassemblement de jeunes Fillonistes en hypotension, et de l'autre cinq types déjà totalement arrachés au Whisky-Coca à 21h.
Je sais que c'était du Whisky-Coca parce que bizarrement, ils avaient tendance à parler de leurs breuvages beaucoup et très fort, en insistant bien sur "Whisky-Coca", comme si ça pouvait éventuellement être une source d'émerveillement ou d'admiration pour la plèbe alentour ("Est-ce un oiseau? Un avion? Mais non, c'est un...WHISKY-COCA!").

Il se trouve qu'à la table à côté de ces cinq types, il y avait un couple dont c'était visiblement le tout premier rencard. Ils avaient probablement matché sur Tinder quelques heures plus tôt, le garçon avait dû écrire "Salut sava?" et la fille avait sans doute décidé de faire fi de son orthographe douteuse parce que quand-même, les photos donnaient envie et que le seul kiki qu'elle avait entraperçu depuis 2011, c'était celui de Sylvain Potard dans le calendrier des Dieux du stade.

Les cinq types, quand ils se sont rendus compte de ce qui se tramait juste à côté d'eux, se sont mis à hurler "LE BISOU! LE BISOU! LE BISOU!", ce qui n'a pas manqué de me rappeler les heures les plus sombres de l'histoire des Z'amours. J'aurais été la fille, je leur aurais balancé mon verre à la tronche, mais le couple a réagit plus sereinement en se contentant de leur adresser des sourires embarrassés, puis de se barrer.
Après leur départ, l'un des gars, tout content, a dit à ses copains le plus sérieusement du monde "Non mais vous vous rendez-compte, si ça se trouve on a aidé à la formation d'un nouveau couple alors qu'on était là, tranquilles avec nos WHISKY-COCAS!".

Ce jeune homme était peut-être dans le vrai : le couple s'est peut-être dit "Wow, cinq couilles avinées nous ont incitées à nous rouler un palot, on doit vraiment être faits l'un pour l'autre, c'est le destin!", et s'ils se sont éclipsés aussi précipitamment c'était sans doute pour s'empresser de consommer cet amour fulgurant né de la combinaison magique entre la technologie moderne et l'ébriété subtile de cinq apôtres de Patrick Sébastien.

Peut-être même qu'aujourd'hui ils sont mariés et ont deux gamins (certes, c'était  vendredi dernier, mais tout va tellement vite de nos jours...)




mercredi 7 octobre 2015

Phénoménologie des téléfilms de l'après-midi sur M6

A vrai dire je ne sais pas très bien ce que signifie "phénoménologie" mais je trouvais juste que ça sonnait bien pour un titre. Par acquit de conscience j'ai cherché la définition sur Google mais ça ne m'a pas tellement avancée (en fait j'ai strictement rien bité)...

En arrêt maladie pour des symptômes d'une gravité toute relative, ça fait trois jours que je déverse mes miasmes dans mon lit en ayant tout le loisir d'observer ce qui se passe dans ma télé quand j'ai habituellement le dos tourné. Ma foi, ça donne envie d'être au chômage, et quand je pense à tous les monuments de gnangnanterie que je loupe parce que je suis bêtement obligée de payer un loyer, les larmes me montent aux yeux.

Les téléfilms romantiques de M6 suivent peu ou prou tous le même schéma: un homme et une femme. Une rencontre fortuite. Les deux ont cessé de croire en l'amour pour des raisons plus ou moins justifiées : une rupture douloureuse, un veuvage précoce, un boulot trop prenant, un ex qui préfère partir étudier les grenouilles à Pétaouchnok plutôt que de se marier (c'est cette dernière raison qui a traumatisé notre héroïne de lundi dernier, j'invente rien), etc...

Le téléfilm que je me suis envoyée aujourd'hui est un cas d'école. Déjà, il est allemand, et il est de notoriété publique que nos amis teutons sont des fournisseurs très prolifiques de cucuteries télévisées. Par contre, ils semblent n'assumer que très moyennement leur teutonnerie, parce que ça a l'air de se passer aux States et que les personnages ont tous des noms à consonance anglophone.
Ça me rappelle les histoires que j'écrivais quand j'avais dix ans, où mes personnages s'appelaient Alex Lewis ou Steve Johnson parce que je trouvais qu'Aurélie Bouchard ou Guillaume Crouteau, c'était pas assez stylé.

Là, ça s'appelle "Une nounou à croquer", et quand t'as un titre qui comporte le terme "à croquer", tu sais d'avance que tu vas te frotter à un gros morceau. Un peu comme les longs métrages dont le titre contient "Love et autres... (contrariétés/drogues/désastres/cucurbitacées)" ; tu sais qu'il ne faut pas y aller, et pourtant...

La fille se nomme Stacey McDonald, c'est une jolie blonde avec zéro charisme qui  arbore perpétuellement un air de madone affligée en plein sevrage de Dulcolax. Elle a quitté son taf d'instit et son petit village suite à une fausse couche pour devenir serveuse à la grande ville. C'est rude, faut avouer que c'est autre chose que notre histoire de grenouilles de lundi dernier. Elle fait la connaissance de Ryan Cunningham, un joli architecte pété de fric qui élève seul les trois enfants de feu sa soeur, décédée avec son chum dans un accident de voiture. Ryan Cunningham a zéro charisme lui aussi, à croire qu'une charte mystérieuse impose aux directeurs de casting allemands de ne choisir que des acteurs qui ont l'expressivité d'un parpaing.

Les enfants, parlons-en :  ils ne dérogent pas à la règle qui veut que les mioches dans les téléfilms soient tous polis, sages, responsables, bref, insupportablement parfaits, et que contrairement à ces gros blaireaux d'adultes, ils aient le pouvoir de sentir au premier coup d'oeil qui est une belle personne et qui n'est qu'une chagasse vénale. Ainsi, ils ont su tout de suite que Stacey était une perle et c'est pourquoi leur tonton va proposer à la belle de devenir leur nounou. Normal. Crédible. Moi-même, pas plus tard que la semaine dernière, j'ai eu un si bon feeling avec le taxi qui me ramenait de ma soirée absinthe à la Cantada que je lui ai proposé de venir garder mes gosses pour les prochaines vacances ( certes, quand j'eus déssaoûlé je me suis souvenue que j'avais pas de gosses, mais why not.).

Il faut ajouter au tableau que Ryan Cunnigham a une associée un peu tapée et folle amoureuse de lui qui va essayer de mettre des bâtons dans les roulettes rouillées de la douce Stacey, et une maman méchante qui veut à tout prix récupérer les petits. Du genre à ramener une grosse pile de tabloïds à madame la juge pour lui prouver à quel point son fiston a une vie dissolue incompatible avec un élevage de marmaille. Je rappelle que le mec est architecte ; imagine que Closer titre toutes les semaines "Jean Nouvel, une nouvelle conquête à son bras" ou "Renzo Piano surpris encore une fois complètement pété au Silencio"...  ça n'existe pas. Et si ça existait on s'en tamponnerait allègrement les glaouis.

J'avoue, les effets secondaires des antibiotiques m'ont fait louper la fin, mais je suppose qu'elle a été assez semblable à ce que j'ai infligé à mes WC pendant ce temps-là. La maman a dû s'adoucir, l'associée éconduite a dû finir ridiculisée en tombant dans une piscine devant tout un tas de gens sous les rires espiègles des enfants, et Ryan et Stacey se sont sans aucun doute mariés, parce que dans les téléfilms de M6 il est impensable de ne pas épouser quelqu'un avec qui on a échangé trois pelles et quelques petits dèj...




Je n'ai désormais qu'une hâte, être en décembre pour voir des parpaings allemands se renifler le cul dans des téléfilms de Noël. C'est clairement le level au dessus.

PS : C'est bien Ryan et Stacey sur la photo, dans les grands espaces du Wyoming en banlieue de Düsseldorf.

PS 2 : Oui, je sais, la dernière personne qui a utilisé le mot "Pétaouchnok" est décédée en 1986.

mardi 6 octobre 2015

Nichons

J'ai voulu appeler ce blog "Nichons". D'ailleurs nichons.blogspot.com était disponible, à ma grande surprise. Pas que j'aie l'intention de parler de boobs ici, enfin, pas spécialement; il n'est pas exclu que des seins soient mentionnés en ces pages, mais ce ne sera probablement pas le thème central de ce blog, c'était juste une idée bassement calculée pour attirer le chaland avec des mots-clés poitrinaires.
Et puis, quand tu tapes "Nichons" sur Google, tu as ça :





J'imagine la dépitation du type qui, en quête de grosses miches sur les internets, tombe sur le blog de Georges, 32 ans, qui t'explique comment son parapluie s'est cassé en sortant de chez le docteur (consulté pour une gastro) ou que le sens de la vie lui est apparu pendant une session au lavomatic.

Alors voilà, comme je suis quelqu'un d'intègre qui n'en a rien à foutre de la visibilité, j'ai laissé tomber l'idée de la poudre aux yeux à base de loloches pour un nom de blog qui correspond mieux à ma personnalité affirmée.

Je...heu...hein...bon.